Techniques orthonyxie

Au fil des années, l’orthonyxie s’est petit à petit transformée pour proposer des traitements plus qualitatifs. Différentes techniques existent comme l’agrafe à crochet, la lamelle stratifiée ou encore l’orthonyxie par fil de titane par photo-polymérisation. C’est cette dernière technique qui est utilisée par le cabinet de pédicurie podologie Olagnier. Nous vous invitions à les découvrir.

Titane par photo-polymérisation

Technique du fil titane par photo-polymérisation

OrthonyxieCette technique est utilisée et développée au cabinet de podologie Olagnier. Précurseur dans le domaine des orthonyxies, le cabinet a été le premier de sa région à la mettre en place. Découvrir le protocole du cabinet.

L’orthonyxie par fil de titane est la technique la plus moderne de notre arsenal thérapeutique et sans doute la plus intéressante. Elle a été inspirée de l’orthodontie (appareillage dentaire) qui utilise le même procédé (alliage nickel titane).

Le principe de cette technique consiste à poser un fil de titane sur la surface de l’ongle, en lui imposant la courbure de l’ongle. Le fil est fixé sur les deux extrémités latérales de l’ongle par un plot en résine. De cette façon, le titane les tirera vers la surface. La traction du titane est constante, permanente et indolore.

Ce type d’orthonyxie utilise les propriétés élastiques du titane, on parle de « mémoire de forme ». Ainsi, peu importe la courbure imposée au fil de titane, il exercera toujours une tension constante pour conserver sa forme rectiligne initiale. Les côtés de l’ongle pourront donc se redresser.

Les atouts de l’orthonyxie titane par photo-polymérisation :

  • indolore et non traumatisante pour l’ongle,
  • des résultats quantifiables
  • peu de contre-indications. La contre indication majeure est constituée par les mycoses d’ongles (onychomycoses) qui doivent être traitées au préalable.
  • une adaptation progressive de la correction grâce à l’utilisation de différents diamètres du titane durant le traitement. Plus le diamètre est important, plus la force de traction du fil sera importante.
  • une efficacité permanente grâce à la mémoire de forme du titane. La tension du fil est constante dans le temps.
  • une correction durable. Même après la fin du traitement, l’ongle pourra pousser normalement. La matrice de l’ongle  aura en effet enregistré la forme de pousse guidée par l’orthonyxie.

Un traitement adaptable :

Cette technique nécessite un équipement et une formation adéquate. Elle est dite « opérateur-dépendant » car c’est le podologue qui déterminera la façon de la poser selon les résultats souhaités. L’action du fil de titane dépendra ainsi :

  • de la forme et de la courbure imposée au fil au moment de la pose,
  • du nombre de plots,
  • de la position des plots (plus ou moins centrés selon le coté a corriger),
  • du diamètre du titane : différents diamètres sont utilisables selon l’objectif à atteindre.

Agrafe à crochet

L’agrafe à crochet : un commencement prometteur

La technique de l’agrafe à crochets utilise un procédé de ressort métallique (alliage nickel-chrome). Elle est appliquée au plus près de la matrice de l’ongle et tient par des crochets insérés de chaque côté de l’ongle.

Son principal atout :

La maniabilité. Selon la correction souhaitée, le podologue peut utiliser l’agrafe à crochet pour plusieurs types d’actions. L’anneau peut prendre différentes formes et corriger un seul ou les deux côtés de l’ongle (active ou passive). Le diamètre de l’agrafe à crochet est également variable et permet de faire varier la force de la traction sur l’ongle.

Son défaut :

L’agrafe à crochets est déconseillée pour les personnes diabétiques et artéritiques.

Malgré d’excellents résultats et une grande facilité de dosage dans la correction, cette technique est aujourd’hui obsolète. Le titane, avec une efficacité identique et sans traumatismes, est préférable.

Lamelle stratifiée

La lamelle stratifiée ou lame b-s : à la recherche de simplicité

Cette technique est sans doutes la plus facile et la plu rapide d’utilisation. Elle consiste en la pose d’une lamelle en fibre de verre, ou en résine époxy, collée sur la face dorsale de l’ongle. La lamelle stratifiée est généralement collée avec de la colle cyanoacrylate ou photo-polymérisable.

Son principal atout :

Sans crochets, elle n’est pas traumatisante pour les sillons.

Son défaut :

Il est difficile de quantifier la force de correction de cette technique.  (propriétés plastique de la lamelle, elle devient très rapidement passive). On peut difficilement la considérer comme un réel traitement de correction de la plaque unguéale. La lamelle stratifiée doit être d’avantage perçue comme un maintien pendant la pousse de l’ongle qui permet de limiter les douleurs dans les sillons.

Les commentaires sont clos.