Syndrome de l’essuie-glace

Syndrome de l’essuie-glace : définition

syndrome essuie glace

Il s’agit d’une tendinopathie c’est-à-dire une souffrance du tendon du muscle ilio-tibial.

Le syndrome de l’essuie glace (ou syndrome de friction de la bandelette de Maissiat (ilio-tibial)) est une pathologie de friction (ou de frottement). Il touche principalement le coureur de moyenne ou de longue distance en raison de la répétition d’un geste de flexion extension associé à un geste du genou vers l’intérieur ou vers l’extérieur.

 

Symptômes du syndrome de l’essuie-glace :

La douleur est ressentie au niveau de la face externe du genou et peut parfois irradier le long du trajet musculaire, généralement vers le haut. Elle apparaît souvent après plusieurs kilomètres de course, notamment sur terrain vallonné et dur.

La douleur se manifeste par une sensation de brûlure qui s’estompe plus ou moins rapidement au repos selon l’importance et la durée de la pathologie.

Cette pathologie à une notion de chronicité dans le sens où la douleur réapparait assez rapidement, même après plusieurs jours ou semaines d’arrêt.

Le diagnostic du syndrome de l’essuie-glace se fait facilement à la palpation, en plaçant le genou dans certaines positions.

A ne pas confondre avec :

  • Tendinopathie du biceps fémoral
  • Atteinte du ligament latéral externe
  • Plus rarement tendinopathie du poplité
  • Douleur méniscale voire de l’interligne externe du genou

Facteurs favorisants du syndrome de l’essuie-glace :

La particularité de cette pathologie est qu’elle est favorisée par un geste à l’intérieur ou à l’extérieur du genou. Elle est très fréquemment rencontrée dans le domaine sportif. Ainsi, elle peut être favorisée par :

  • un Genu varum : la convexité femoro-tibiale l’expose mécaniquement à la flexion
  • un Genu varum associé à un varus du pied sous jacent, le varum étant amplifié dans le geste par le varus.
  • un Genu varum associé à un pied valgus dit compensateur
  • un genou normo-axé
  • un genu valgum

Traitements du syndrome de l’essuie-glace :

Traitement médical :

  • glaçage (cryothérapie). Un glaçage d’une durée de 20 à 30 minutes, le soir au couché. Il aura un effet anti inflammatoire naturel sur le muscle. A noter qu’un glaçage d’une durée inférieure à 15 minutes n’aura pas d’effet.
  • anti inflammatoire : local ou général. Dans le cas rare d’une bursite chronique qui résiste à l’ensemble des traitements combinés, on préconisera une infiltration.
  • diminution ou arrêt du sport le temps des traitements
  • kinésithérapie : massage transverse profond (douloureux mais efficace), physiothérapie, massage et ultrason.

Traitement mécanique :

Il sera d’ordre podologique. Selon les dysfonctions mécaniques diagnostiquées, le podologue prescrira des semelles orthopédiques thermoformées en position corrigée.

Attention aux chaussures pronatrices ou supinatrices qui peuvent favoriser cette pathologie et parasiter la correction de la semelle.

Dans de rares cas, la chirurgie est préconisée.

Les commentaires sont clos.