Pied artérite

L’artérite est une maladie des artères définie par la présence de lésions artérielles d’origine dégénératives ou inflammatoires. Celles-ci entraînent l’épaississement des parois artérielles puis leur obstruction. Le pied artérite touche principalement les hommes et s’amplifie au-delà de 60 ans. Les fumeurs sont également les plus touchés (10 fois plus de risques). Le pied artérite sensibilise également à l’infarctus du myocarde.

Symptômes Pied artérite

Les symptômes de cette maladie évoluent en quatre stades :

Stade 1 => Stade asymptomatique :

A ce stade, on ne distingue pas de symptômes particuliers. Le patient peut cependant ressentir des fourmillements, voire des crampes nocturnes au niveau du pied. Il apparaît déjà une diminution des pouls distaux (prise de pouls par une artère).

Stade 2 => Stade de claudication intermittente :

A ce stade, une douleur du membre inférieur, surtout au mollet, apparaît. Elle entraîne une boiterie à l’effort imposant l’arrêt de la marche pour la faire disparaître. Ce symptôme va s’aggraver progressivement, allant jusqu’à réduire le périmètre de marche et l’autonomie du patient. Les pouls distaux sont diminués voire abolis.

Stade 3 => Stade de douleur de décubitus :

Ici, la douleur est alors permanente, augmente lors de la marche et persistante au repos. Le sommeil est perturbé et des répercussions se font sentir sur l’état général du patient. Abolition des pouls distaux.

Les troubles trophiques deviennent nets : refroidissement des extrémités, sécheresse de la peau, rougeur cutanée, peau fine, atteintes des phanères (cheveux et ongles).

Stade 4 => Stade des troubles trophiques majeurs (complication) :

  • Ulcères artériels : perte de substance très douloureuse située au dos du pied.
  • Gangrènes : nécrose (mort des cellules) en bloc d’un segment avec aspect noirâtre.

 Diagnostique

 Le diagnostic d’artérite se traduit souvent par des symptômes isolés aux pieds :

  • Diminution ou abolition d’un pouls
  • Refroidissement
  • Accro-paresthésie

Les antécédents du patient sont également passés en revue telles que des maladies athéromateuses (dégénérescence fibreuse des artères) et quand le sujet présente un diabète sucré. Le diagnostic est ensuite affirmé par un doppler artériel.

D’autres examens complémentaires peuvent également être utiles :

  • Examen biologique sanguin
  • Radio de contrastes

Traitements pied artérite

Lorsque les causes sont évidentes, il est important de les traiter (diabète, athérome, artériopathie).

  • Diabète : avoir une bonne hygiène de vie (si DID : injection d’insuline, si DNID : antidiabétiques oraux)
  • Athérome : avoir une bonne hygiène de vie
  • Artériopathie : traitements médicaux (vasodilatateurs, AAP, Anticoagulants).

Ce type de traitement peut stabiliser la maladie en stade 1 ou 2.

Dès le stade 3 la chirurgie devient vite nécessaire. Il y a plusieurs méthodes :

  • End artériectomie
  • Dilatation artérielle
  • Résection artérielle avec pontage

Stade 4 : les troubles trophiques majeurs imposent une chirurgie toute différente : chirurgie d’amputation plus ou moins économique. Ces chirurgies supposent par la suite des appareillages adaptés.

Le traitement kiné permettra de limiter l’impotence et les douleurs. Ce traitement est souvent associé à des cures thermales spécifiques : la crénothérapie.

Conclusion

Quelque soit le stade de la maladie, une agression localisée sur le pied va entraîner des troubles trophiques sévères avec une facilité d’infection et une difficulté de cicatrisation.

Il est donc important de respecter ses conseils :

  • Réalisez des soins pédicuraux de précaution (plus prescription médicale si présence d’infection).
  • Optez pour des chaussures de qualité,
  • Evitez de marcher pieds nus,
  • Pratiquez une activité physique régulière,
  • Portez du matériel orthétique non agressif,
  • Hydratez vos pieds avec de la crème hydratante en cas de sécheresse cutanée.

Le rôle du pédicure podologue est important car il peut déceler une artériopathie stade 1 ou 2 par les symptômes décrit par le patient et par la prise de pouls. Il peut alors orienter le patient vers son médecin généraliste en vue d’autres examens complémentaires (doppler artériel, artériographie).

 

 

Les commentaires sont clos.