FAQ podologue pour enfant

Lors des consultations en podologie pour enfants, les parents nous posent de nombreuses questions. Vous trouverez ci-dessous les questions les plus fréquemment posées et leurs réponses. Nous espérons que celles-ci répondront à vos interrogations.

Les chaussures de l’enfant

LA CHAUSSURE DE L’ENFANT :

  •  Marche pieds nu ou chaussé ?

Les avis sur la marche chaussée ou pied nus divergent mais ne sont pas contradictoires.

En intérieur : Nous conseillons à votre enfant de marcher pieds nus jusqu’à l’âge de 4 ans. Jusqu’à cet âge, les pieds ont besoin d’être libres de leurs mouvements pour favoriser leurs musculatures et la formation naturelle de leur voute plantaire. Le port de chaussons très souples est également possible car ils protègeront les pieds sans avorter leur musculatures.

En extérieur : ici, la chaussure sert surtout à protéger les pieds du froid et à faciliter la marche sur un terrain irrégulier (bosses, creux, montées etc.). Pour un enfant, le ratio taille par rapport aux irrégularités du terrain est différent du nôtre, adultes. Pour lui, une simple marche peut s’apparenter à de l’escalade ! De plus, les muscles et les os n’ayant pas encore leur physiologie d’adulte, ils réagiront moins efficacement face à une instabilité du pied.

  • Puis-je passer la chaussure de mon ainé à mon cadet ?

Ceci est a éviter : pendant la croissance, les pieds des enfants ont tendance à chuter en dedans et donc à rapidement déformer leurs chaussures. Ainsi, le port des chaussures de l’ainé, déjà utilisées, est donc déconseillé sous peine de nuire à la bonne croissance des pieds du cadet.

Cela est cependant à pondérer. Il est possible de réutiliser des chaussures si :

  • Elles ne présentent pas d’usure de la semelle ou du tissu interne (en regard de la voute du pied)
  • Elles sont bien perpendiculaires au sol.

 Infos conseils des podologues du cabinet Olagnier à Bron :

A la naissance, la voûte du pied n’est pas encore formée. La marche arrive généralement entre 9 et 18 mois et nécessite des pieds libres de leurs mouvements. Nous vous conseillons donc d’éviter tout soutien, ou voute plantaire, pouvant gêner le développement naturel des muscles des pieds. Progressivement ces muscles vont se renforcer afin d’aboutir vers 4 ans à un premier stade de stabilité.

Avant 4 ans une consultation chez le podologue n’est nécessaire qu’en cas de doute sur la physiologie de croissance, douleurs, chutes fréquentes….

Les chaussures avec voute, ou soutien plantaire, sont donc déconseillées voire inutiles ! Votre enfant aura besoin d’une aide s’il présente un retard ou problème de la marche. Dans ce cas, la hauteur, les matériaux et les semelles orthopédiques devront être réalisés sur mesure par un podologue.

Il faut savoir que la voûte présente à l’intérieur des chaussures n’aide pas la voûte plantaire de votre enfant à se former. Si tout va bien, sa voûte plantaire se formera naturellement. En cas de problème de formation de la voûte, ce n’est pas celle présente à l’intérieur de la chaussure qui favorisera sa bonne formation (sauf pour certains cas isolés. Demandez l’avis de votre podologue).

La marche de l’enfant

LA MARCHE DE L’ENFANT :

  • Mon enfant marche sur la pointe des pieds est ce normal ?

Cela dépend de la norme avec laquelle il marche sur la pointe des pieds. Chez les enfants, la marche sur la pointe des pieds est un phénomène assez fréquent. Ceci s’explique par :

  • la puissance des muscles du mollet qui rassurent l’enfant dans ses premières années de marche et qui lui permettent d’acquérir plus de stabilité,
  • La légère extension des pieds à la naissance.

Cette façon de marcher sur la pointe des pieds se réduira progressivement au fur et à mesure de la croissance. Le podologue peut tout de même conseiller des exercices ou des traitements à l’enfant pour l’habituer à marcher correctement.

Cependant, si la marche sur la pointe des pieds perdure au-delà de l’âge de 4 ans, il est nécessaire de consulter un podologue. Elle peut en effet révéler un retard, ou une anomalie, dans la physiologie de la croissance. Le port de semelles orthopédiques pourra corriger cette anomalie.

À noter que, si la cheville est complètement bloquée en extension, cela peut être révélateur d’un problème neurologique. Dans ce cas, il est important de consulter votre pédiatre.

  • Mon enfant a les pieds plats et affaissés sur l’intérieur. Est-ce normal ?

À la naissance, les pieds sont naturellement plats et s’affaissent vers l’intérieur (en valgus). Ils se formeront ensuite durant la croissance et grâce à la marche. C’est autour de 4 ans que le pied atteindra un premier stade de stabilité. C’est aussi à cet âge qu’il est conseillé de réaliser un premier bilan orthopédique chez un podologue.

Si l’enfant présente un retard ou d’importantes répercutions sur la marche, le podologue réalisera un traitement à l’aide de semelles orthopédiques. En cas de doutes persistants, deux bilans orthopédiques, réalisés à 6 mois d’intervalle par un podologue, permettront de savoir si la dysfonction peut se corriger seule ou non.

Les chaussures de l’enfant

LES CHAUSSURES DE L’ENFANT

  • Mon enfant marche avec les pointes des pieds en dedans. Il lui arrive de chuter. Est-ce normal ?

Infos-conseils des podoloques du cabinet Olagnier

Les pieds qui portent leur pointe en dedans ou sur l’intérieur se traduisent  à la marche par une fermeture de l’angle constitué entre les deux pieds (angle de Fick). Cette démarche résulte de l’acquisition d’un angle au niveau du col fémoral (antétorsion fémoral). Cet angle se réduit progressivement à la croissance et l’angle du pas fini par s’ouvrir.

Il faut savoir que l’angle de Fick peu évoluer avec un certain retard, selon l’âge de l’enfant. Cette façon de marcher peut amener l’enfant à chuter. Ceci peut se produire lorsque les 2 pointes des pieds se rencontrent. Il est alors conseillé de consulter un podologue qui réalisera une semelle de « détorsion ». Celle-ci ré-ouvrira l’angle du pied à la marche. La valeur clinique de cet angle et l’angle de torsion du tibia seront également pris en compte par le podologue. Ceci permettra de suivre son évolution 6 mois après la remise des semaines.

Pour plus d’information consulter notre page concernant la physiologie de croissance des os. (lien)

  • Mon enfant chute souvent à cause de sa démarche. Que faire ?

Les chutes répétitives sont un motif de consultation fréquent et justifié.

Elles peuvent être causées par différents facteurs avec chacun un traitement spécifique :

  • Les avant pieds qui s’entrechoquent entre eux (angle d’ouverture du pas inversé   . La cause principal se situe à la hanche et se corrige en quelques jours avec des semelles dites de détorsion. Voir la page consacré à la hanche (lien)
  • Les chevilles ou les genoux qui s’entrechocs (respectivement pied valgus et genu valgum). S’il est normal d’avoir un pied ou un genou qui fonctionne à l’intérieur pendant l’enfance, cette démarche doit rester dans une certaine norme par rapport à sa croissance. Ceci  afin de se réduire normalement avec le temps. Si ce n’est pas le cas (excès de valgus ou valgum par rapport a la croissance) le podologue réalisera une semelle anti valgus ou anti valgum pour corriger les répercutions sur la marche.

Un suivi tout les 6 mois reste encore une fois indispensable pour en suivre l’évolution. Les semelles seront adaptées, si elles sont encore nécessaires, à cette évolution.

Les semelles orthopédiques chez l’enfant

LES SEMELLES ORTHOPEDIQUES CHEZ L’ENFANT

  • A quel âge peut-on mettre des semelles orthopédiques ? Mon enfant devra t –il les porter à vie ?

Avant l’âge de ses 4 ans, le pied de l’enfant ne sera pas assez formé et sera plat. C’est pourquoi il est conseillé d’attendre 4 ans pour une première consultation chez un podologue (sauf en cas de chutes fréquentes ou de douleurs).

Il faut savoir que la durée d’un traitement par semelles orthopédiques est variable. Elle dépendra de ce qu’il faut traiter et de l’évolution de la dysfonction pendant la croissance, sous l’influence des semelles orthopédiques.

 Tous les 6 mois, l’enfant sera suivi par le podologue pour examiner l’évolution de la physiologie de croissance et les conséquences sur la marche. Cette évolution déterminera l’arrêt, la continuité, la modification ou le renouvellement des semelles orthopédiques.

Dans certain cas, il est nécessaire d’attendre des premiers examens comparatifs à 6 mois d’intervalle pour savoir le port de semelles orthopédiques est nécessaire. Sachez qu’en cas de dysfonction, appareiller tôt permet également de désappareiller tôt.

  • Mon enfant grandi très vite des pieds. Comment faire avec les  semelles ? Serais-je remboursé par la sécurité sociale si je fais refaire ses semelles rapidement?

Infos-conseils des podologues du cabinet Olagnier a bron :

A la naissance, le pied mesure plus ou moins 7.5cm. Entre 9 et 24 mois, sa croissance est très rapide (plus ou moins 2.5cm puis environ 1.3 cm par an jusqu’à 6 ans). Nous vous conseillons donc de régulièrement surveiller la pointure des chaussures de vos enfants. Des ongles abimés ou des orteils déviés sont souvent le signe de chaussure trop petite.

La consultation est prise en charge seulement si elle donne lieu à la confection de semelles orthopédiques.

Jusqu’à 15 ans inclus, la sécurité sociale prend en charge deux paires de semelles orthopédiques par an. A partir de 16 ans, elle prévoit une prise en charge (partielle) d’une paire par année civile.

Si votre enfant bénéficie d’un traitement podologique, un suivi, 2 fois par an, est nécessaire. Cette consultation de suivi permet de diagnostiquer l’évolution de la physiologie de l’enfant pendant la croissance. Cette évolution permettra au podologue de savoir s’il faut renouveler, modifier ou arrêter les semelles orthopédiques. La consultation de suivi (si elle ne donne pas lieu à une nouvelle paire de semelles) n’est en revanche pas prise en charge par la sécurité sociale.

  • Mon fils a les orteils déformés a cause de chaussures trop petites ? Que dois-je faire ? Ses orteils peuvent-ils se remettre tout seul ? Dans le cas contraire, quels sont les traitements ?

Infos-conseils des podologues du cabinet Olagnier à Bron :

Les déformations ou déviation d’orteils sont très vastes et variées.

Il en existe :

  • de formes congénitales  (à la naissance)
  • ou acquises secondairement selon :
    • la façon de marcher,
    • et/ou la morphologie du pied et ses conséquences à long terme,
    • et/ou les  chaussures.

 Si la déformation a été constatée après le port prolongé de chaussures trop étroites ou petites, la chaussure peut en être la cause directe. Dans ce cas, l’arrêt rapide du port de ces chaussures peut suffire à stopper la déformation.

Dans le cas contraire et selon la déformation, un podologue pourra administrer un traitement. Les orthoplasties ou la contention nocturne sont souvent utilisés pour ce genre de problèmes. Elles permettront de corriger la déformation. Plus la prise en charge est rapide, plus la correction est efficace.

Pour plus d’information consultez notre page consacrée à l’orthoplasthie.