Amorti et familles de sport

L’amorti dans le sport : entre nécessité et excès ?

ATTENTION : trop d’amorti tue l’amortit nuit à la bonne réalisation du geste sportif !

Rugby

L’excès d’amorti peut augmenter les conséquences liées aux dysfonctions mécaniques propres à chacun. C’est par exemple le cas lorsqu’une chaussure, ou une semelle, est trop amortissante sur toute sa surface.

Nous vous proposons quelques exemples pour mieux comprendre :

  • Image d’un pied valgus => Plus le terrain sera mou et plus le pied aura tendance à s’affaisser sur l’intérieur.
  • Sports de plage (beach-volley, beach-foot ou beach-rugby) qui demandent un effort plus élevé pour un même mouvement/action.

Le rôle du podologue du sport est donc de concilier correction et amorti des ondes de chocs néfastes. Ces amortis, ou dispersions des ondes de chocs, se font à des endroits spécifiques du pied, notamment au centre du talon et à l’avant pied.

L’amorti est différent selon le sport pratiqué par le sportif. Les sports sont répartis selon plusieurs grandes familles de sport que nous vous proposons de découvrir.

Les différentes familles de sport classées selon leurs spécificités mécaniques :

Le podologue du sport peut distinguer différentes grandes familles de sport comme :

  • les sports multidirectionnels (position pronatrice importante pour favoriser les changements d’appuis rapides et répétitifs),
  • les sports d’impulsion unidirectionnels (exemple : athlétisme : courses rapides de faible distance avec des appuis quasi-uniques sur l’avant pied),
  • les sports de sauts,
  • les sports de fond (marathon),
  • le running
  • les sports asymétriques (sports de raquettes…)
  • le cyclisme
  • les sports en salle.
  • etc.

Chaque famille a ses spécificités selon le terrain, la chaussure et le mouvement sportif sollicité. Cependant, tous les sports ont un point commun : l’optimisation du mouvement pour favoriser son rendement (efficacité).

Il faut savoir qu’un même sport peut appartenir à plusieurs familles. C’est l’exemple du tennis, à la fois sport multidirectionnel, asymétrique et d’impulsion. Il met le corps humain à rude épreuve et constitue une porte d’entrée à des pathologies spécifiques.

Il en est de même pour la course à pied, sport de plus en plus pratiqué. Les sollicitations articulaires et musculaires répétitives nécessitées par ce sport peuvent accentuer des dysfonctions déjà existantes chez le patient.

podologue du sport

Les commentaires sont clos.